Taille du texte :    +   -

Télé-AVC

Chaque année, près de 62 000 personnes qui subissent un AVC ou un accident ischémique transitoire (AIT) sont traitées dans les hôpitaux du pays. La mise à jour 2017 des lignes directrices sur la Télé-AVC des Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l’AVC est un résumé complet des recommandations actuelles fondées sur des données probantes et sur un consensus. L’utilisation de cette mise à jour est pertinente pour tous les dispensateurs de soins et planificateurs du système de santé qui organisent ou offrent des soins aux patients après un AVC dans différents milieux de pratique. Les recommandations mettent l’accent sur l’utilisation des technologies de télémédecine pour : repérer et traiter rapidement les patients qui sont de bons candidats pour le traitement thrombolytique en phase aiguë dans des hôpitaux dont le personnel n’a pas de compétences spécialisées en AVC; sélectionner des patients qu’il faut immédiatement transporter vers un centre de soins de l’AVC pour un traitement endovasculaire; favoriser les soins dans une unité de l’AVC et fournir un accès à distance aux services de prévention et de réadaptation dans le cas des patients qui restent dans un hôpital communautaire.

Le thème de la sixième édition des Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l’AVC est partenariats et collaborations. Le thème met l’accent sur l’importance d’une bonne intégration et coordination au sein du système de santé afin d’assurer la prestation de soins sans failles en temps opportun pour les patients ayant subi un AVC et ainsi favoriser leur rétablissement et leurs résultats.

Dans un contexte de Télé-AVC, les partenariats et les collaborations sont indispensables aux soins et au rétablissement et sont nécessaires à tous les échelons des systèmes de soins, parmi les fournisseurs de soins de santé, les patients, les chefs de file du système et la communauté en général. Les initiatives en cours sur la qualité des soins après un AVC indiquent que beaucoup de gens au pays ne reçoivent pas des soins optimaux et qu’il y a en matière de soins des différences importantes d’une région géographique à une autre. La Télé-AVC est une modalité de prestation de soins qui s’est imposée pour résoudre les problèmes de distance géographique entre le patient et les compétences. Elle peut être utile pour appuyer l’établissement du diagnostic et la prise de décisions relatives au traitement de recanalisation, et pour assurer le respect des pratiques optimales en matière de prévention de l’AVC et de réadaptation.

Les partenariats et les collaborations dans le cadre de la Télé-AVC exigent la participation des dispensateurs de soins, des décideurs, des patients et du public. La Télé-AVC en tant que modalité ou outil de prestation de soins convient aussi bien à un accès sur demande (urgent, non planifié) qu’à un accès planifié à des services spécialisés en matière d’AVC. Pour réussir, la Télé-AVC doit être mise en œœuvre dans un système de soins de l’AVC établi et coordonné, où les spécialistes en soins de l’AVC et les établissements d’orientation peuvent être reliés de façon organisée et efficace et où les ressources peuvent être disponibles pour d’autres usages afin de maximiser la valeur de l’investissement.

Des problèmes comme la charge de travail accrue, les difficultés d’établissement d’un horaire, le coût et le fonctionnement de l’équipement, et le remboursement du médecin ont été cités comme des obstacles à la mise en œœuvre de la Télé-AVC. Cependant, Krueger et coll., (2011) ont déterminé que la mise en œuvre de la Télé-AVC entrainait des économies importantes et était un des quatre facteurs permettant d’éviter des coûts en matière de prise en charge de l’AVC (les trois autres étaient la présence d’une unité de prise en charge de l’AVC, l’administration du t-PA, et la mise en congé précoce avec soutiens). Les fournisseurs de soins doivent travailler ensemble pour s’attaquer aux obstacles à la mise en application des pratiques optimales dans leur secteur et envisager l’ajout d’un programme de Télé-AVC pour favoriser les améliorations (figure 2).

Dans le cadre de la Télé-AVC, les partenariats et les collaborations signifient que les dispensateurs de soins sont fortement encouragés à cesser de penser uniquement à la Télé-AVC en tant qu’aide à la prise de décision concernant le t-PA et son administration pendant la phase hyperaiguë. De nouveaux projets de démonstration et des initiatives de recherche utilisent la Télé-AVC comme modèle de prestation de soins pour les besoins de la prévention et de la réadaptation. Ces applications permettent à des personnes d’accéder aux compétences pertinentes pour prendre en charge les facteurs de risque et ainsi réduire les taux de récidive d’AVC et, par conséquent, le fardeau qui pèse sur le système de santé. De même, les applications dans le secteur de la réadaptation donnent accès à la physiothérapie, à l’ergothérapie et à l’orthophonie pour aider à renforcer les améliorations après un AVC (résultats positifs associés au patient) et, encore une fois, à réduire le fardeau qui pèse sur le système de santé.

La qualité améliorée et la disponibilité de la technologie de télémédecine permettent la prestation de services dans tout le continuum des soins dans divers établissements et milieux de pratique au Canada. Cette technologie fournit l’occasion de combler le fossé sur le plan de l’accès à des services de soins de l’AVC équitables, peu importe l’emplacement géographique, et elle est déjà utilisée à cette fin. La difficulté qui se présente maintenant à nous est qu’une technologie connue et disponible dans les soins des survivants de l’AVC et des membres de leur famille semble grandement sous-utilisée.

L’Action collaborative canadienne pour la Télé-AVC (ACCT) est dirigée par un groupe de spécialistes au sein de l’initiative des Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l’AVC. Le groupe de l’ACCT a reçu le mandat de mettre à jour les recommandations sur la Télé-AVC fondées sur des données probantes, ainsi que de recueillir et réunir les connaissances et l’expérience des spécialistes en Télé-AVC au Canada dans cette trousse d’outils de mise en œœuvre et ainsi appuyer l’adoption des pratiques optimales. Le but de l’ACCT est d’accroître l’accès aux spécialistes de l’AVC à l’aide de modèles de prestation des soins par la Télé-AVC dans différentes situations : en phase hyperaiguë, pour la réadaptation post-AVC, les services de prévention, et le soutien des patients qui retournent dans la collectivité.

Les principes d’orientation de l’ACCT dans la mise à jour des pratiques optimales pour la Télé-AVC et l’élaboration d’une trousse d’outils de mise en œuvre complète comprennent ce qui suit :

  • Les programmes de Télé-AVC doivent être établis le plus possible en tant qu’élément d’un système coordonné de soins de l’AVC (et non en tant que projet travaillant en vase clos), ce qui permet d’augmenter les avantages liés à l’investissement requis et d’augmenter la durabilité.
  • Les programmes de Télé-AVC doivent être établis dans le continuum complet de soins de l’AVC et être offerts au-delà de la phase hyperaiguë, surtout si on tient compte de la pénurie de spécialistes en réadaptation post-AVC dans bon nombre de petites collectivités et du fardeau croissant sur les familles et le système de soins de l’AVC, lorsque les patients n’ont pas accès aux services qui les aident à se rétablir de façon optimale.
  • Les dispensateurs de soins qui participent aux programmes de Télé-AVC doivent poursuivre une formation continue afin de conserver leurs compétences en soins de l’AVC et d’utiliser efficacement la technologie.
  • Les initiatives de Télé-AVC doivent adopter un modèle d’amélioration de la qualité et pourraient commencer à petite échelle avec le plus petit investissement possible en outillage technologique, puis continuer à se développer et à s’améliorer à mesure que leur capacité s’accroît.

Les documents offerts par la trousse d’outils sont conçus pour appuyer les établissements de consultation et d’orientation au moment de la mise en œœuvre des services de Télé-AVC. Les renseignements fournis constituent un point de départ et nous encourageons les établissements à examiner, adopter tel quel ou adapter en fonction de leurs besoins tous les exemples et modèles fournis.

Les renseignements offerts doivent aussi être considérés comme dynamiques. Ils seront modifiés et évolueront en fonction des nouvelles données probantes, et nous encourageons tous les utilisateurs à diffuser leur propre matériel auprès de la collectivité élargie de Télé-AVC à l’aide de la présente ressource. Toutes les propositions peuvent être envoyées à pratiquesoptimalesAVC@hsf.ca.

Modifications importantes apportées dans la mise à jour 2017 de Télé-AVC

La mise à jour 2017 du chapitre sur la Télé-AVC des Recommandations insiste sur le nombre croissant de données probantes et d’études qui visent à aider les utilisateurs à faire un usage optimal de la technologie de Télé-AVC pour les besoins de l’évaluation, du diagnostic, des interventions et de la prise en charge continue des survivants de l’AVC.

Les messages clés pour 2017 sont notamment :

  • La Télé-AVC comme modalité de prestation de soins est sous-utilisée au Canada.
  • La Télé-AVC doit être mise en œœuvre dans des systèmes de soins de l’AVC établis afin de maximiser son efficacité.
  • Les applications de la Télé-AVC comprennent les soins en phase hyperaiguë pour améliorer l’accès aux agents thrombolytiques et pour appuyer la prise de décisions en matière de traitement endovasculaire.
  • Les applications de la Télé-AVC prennent de l’ampleur et des processus sont mis en place pour tirer parti de la technologie, notamment en l’utilisant plus intensivement afin d’appuyer les petites unités de soins de l’AVC par la prise en charge des cas complexes; accroître l’accès aux services et spécialistes de réadaptation; fournir des services de prévention secondaire dans les régions où ces services ne sont pas offerts; améliorer les soutiens offerts en milieu communautaire.

Élaboration des Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l’AVC

Pour en savoir plus sur la méthodologie de l’élaboration et de la diffusion des Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l’AVC, visitez le site Web sur les pratiques optimales en matière d’AVC à http://www.strokebestpractices.ca/index.php/overview/methods/?lang=fr.

Citation bibliographique du chapitre sur la prévention de l’AVC 2017

Dylan Blacquiere, Patrice Lindsay, Frank L. Silver; au nom du Groupe de rédaction de Télé-AVC. Chapitre sur la Télé-AVC 2017. Dans Lindsay M.P., Gubitz G., Dowlatshahi D., Harrison E., et Smith E.E. (directeurs) au nom du Comité consultatif canadien sur les pratiques optimales et normes des soins de l’AVC. Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l’AVC : Télé-AVC (mise à jour en 2017). Sixième édition 2017; Ottawa (Ontario) : Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada.

Commentaires

Nous invitons les intéressés à présenter leurs commentaires, suggestions et questions sur l’élaboration et la mise en application des Recommandations. Faites-en part à l’équipe de l’AVC de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC en envoyant un courriel à pratiquesoptimalesAVC@hsf.ca.

Telestroke Report 2012 – Executive Summary (Rapport sur la Télé-AVC 2012 – Synopsis)

Contenu du chapitre sur la Télé-AVC :