Populariser la prévention de l’AVC

 

Bien que notre pays soit vaste et diversifié, une nouvelle étude révèle que 87 % de la population habite à tout au plus une heure de route de services de prévention de l’AVC. Toutefois, seulement 69 % ont accès à des services ouverts cinq à sept jours sur sept. L’étude a fait appel à la cartographie géospatiale pour examiner l’accès aux services de prévention des personnes les plus à risque de subir un AVC. L’équipe de recherche a aussi collecté des données sur le type de services offerts dans les 119 établissements de prévention de l’AVC étudiés.

Malheureusement, l’accès n’est pas le même partout en raison de certaines lacunes comme la géographie, la disponibilité de l’équipement et les heures d’ouverture. Alors que 97 % des Ontariens habitent à tout au plus une heure de route de services de prévention, c’est le cas pour seulement 63 % des Saskatchewanais et 45 % des Terre-Neuviens.

Ces cartes permettront de connaître les disparités en matière d’accès et les éventuels besoins à satisfaire afin d’optimiser la prestation des services de prévention de l’AVC et la planification de l’affectation des ressources partout au pays.

Comment le Canada peut-il combler ces lacunes? Grâce à l’examen des critères de services de prévention de l’AVC établis par cette étude, Cœur + AVC y remédiera en contribuant à apporter des améliorations et à ajouter les éléments indispensables dans les services de prévention. (Dre Patrice Lindsay, auteure principale de l’étude et directrice de l’AVC à Cœur + AVC, Ontario)

Lire l’étude ici

This entry was posted in News Feature. Bookmark the permalink.