Taille du texte :    +   -

Définitions

Les soins de l’AVC en phase aiguë et hyperaiguë incluent tous les soins directs, la prestation de services et les interactions à partir du premier contact avec le système de santé après le début des symptômes d’un AVC en phase aiguë, jusqu’au congé d’un service des urgences ou des soins actifs offerts au patient hospitalisé pour passer à la prochaine étape de soins ou retourner dans la collectivité.

Les soins de l’AVC en phase hyperaiguë incluent les interventions principales pendant l’évaluation, la stabilisation et le traitement au cours des premières heures après le début des symptômes de l’AVC. Ces soins représentent tous les soins d’urgence préhospitaliers et initiaux pour l’accident ischémique transitoire (AIT), l’AVC ischémique, l’hémorragie intracérébrale, l’hémorragie sous-arachnoïdienne et la thrombose du sinus veineux aiguë. Les soins comprennent la thrombolyse ou des interventions endovasculaires pour l’AVC ischémique en phase aiguë, les procédures neurochirurgicales d’urgence, et le diagnostic d’AIT et l’évaluation de la stratification des risques le même jour.

Cette phase de soins vise essentiellement à diagnostiquer le type d’AVC, ainsi qu’à coordonner et à exécuter le plan de traitement aussi rapidement que possible.

Les soins de l’AVC en phase hyperaiguë sont directement liés au temps, c’est-à-dire aux minutes pour les AVC susceptibles de causer une invalidité et aux heures pour l’AIT. Cependant, les interventions précises sont associées à leur propre fenêtre de traitement. Le terme « hyperaigu » fait référence aux soins offerts au cours des 24 heures qui suivent l’AVC (ischémique ou hémorragique) ou des 48 heures qui suivent un AIT.

Les soins de l’AVC en phase aiguë sont des interventions clés dans l’évaluation, le traitement ou la prise en charge, et le rétablissement initial au cours des premiers jours après le début des symptômes de l’AVC. Les soins de l’AVC incluent toutes les procédures de diagnostic initiales entreprises afin de déterminer la nature et le mécanisme de l’AVC, les soins interprofessionnels visant à prévenir les complications et à faire la promotion d’un rétablissement précoce, l’établissement d’un plan de prévention secondaire personnalisé et l’engagement auprès du survivant et de sa famille pour ce qui est de l’évaluation et de la planification de la transition pour le prochain niveau de soins (y compris une évaluation complète des besoins en matière de réadaptation). De nouveaux modèles de soins ambulatoires en phase aiguë, comme l’évaluation rapide de l’AIT, et de nouvelles cliniques de mini-AVC ou des unités de jour, commencent à émerger.

Cette phase de soins vise principalement à déterminer la nature et le mécanisme de l’AVC, à prévenir d’autres complications de l’AVC, à promouvoir un rétablissement précoce, et (dans le cas des AVC les plus graves) à offrir des soins palliatifs ou de fin de vie.

Dans un sens large, les « soins en phase aiguë » sont ceux offerts dans le cadre du traitement de patients hospitalisés pendant les premiers jours ou premières semaines, les survivants d’un AVC passant de ce niveau de soins à la réadaptation en milieu hospitalier ou communautaire, au retour à la maison (avec ou sans services de soutien), ou aux soins continus ou palliatifs. On considère généralement que les soins en phase aiguë prennent fin au moment du congé de l’unité de ces soins, ou dans les 30 jours après l’admission à l’hôpital.